Wastburg de Cédric Ferrand

16 Juil

 

 

Résumé :

Wastburg, une cité acculée entre deux royaumes, comme un bout de bidoche solidement coincé entre deux chicots douteux. Une gloire fanée qui attend un retour de printemps qui ne viendra jamais. Dans ses rues crapoteuses, les membres de la Garde battent le pavé. Simple gardoche en train de coincer la bulle, prévôt faisant la tournée des grands ducs à l’œil ou bien échevin embourbé dans les politicailleries, la loi leur colle aux doigts comme une confiture tenace. La Garde finit toujours par mettre le groin dans tous les coups foireux de la cité. Et justement, quelqu’un à Wastburg est en train de tricoter un joli tracassin taillé sur mesure. Et toute la ville attend en se demandant au nez de qui ça va péter.

Roman à facettes, Wastburg propose une vue en coupe d’une cité médiévale macérant dans une fantasy crépusculaire où la morale et la magie ont foutu le camp. C’est comme si San-Antonio visitait Lankhmar. Après La Voie du cygne de Laurent Kloetzer et Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski, se dessine une véritable école de la « crapule fantasy ».

Cédric Ferrand fait vivre des univers de jeu de rôles (Sovok, Brumaire, Vermine, Nightprowler…), écrit des nouvelles et lit tout ce qui lui passe sous la main. Il vit désormais à Montréal, dans la plus complète schizophrénie linguistique et culturelle.

 

 

Mon avis :

Il est rare de voir un roman de Fantasy qui ne s’étale pas sur plusieurs tomes, pourtant Cédric Ferrand est parvenu à nous proposer un livre qui se suffit à lui même ! On y découvre une cité corrompue lors de la Renaissance. L’époque et les lieux sont vraiment bien décrits, si bien qu’il est assez facile pour le lecteur de s’y plonger. L’auteur a une imagination débordante, ce qui fait que le récit est très original, et donc pour moi très plaisant !  Une petite question s’est pourtant posée à moi : pourquoi n’y a-t-il pas de femme dans ce livre ? En effet, on en voit vraiment très peu !
Au final, un roman de Fantasy original, qui renouvelle un peu le genre !

Publicités

Une Réponse to “Wastburg de Cédric Ferrand”

  1. Iluze juillet 17, 2013 à 06:40 #

    Renouveler le genre est vraiment difficile en fantasy. Mais je ne sais pas encore si je vais lire celui-ci, les avis sont dithyrambiques :/.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :