L’écriture comme mode de vie : Les écureuils sont des sans-abri, de Simon Girard

5 Sep

 

 

Résumé : Il vend des sandwichs dans les bars. Il rencontre des filles avec qui il couche, des filles qui l’hébergent ou avec qui il voyage dans le Sud. Il va en Gaspésie pour écrire la biographie d’un homme qui sauve des vies. Il loue son corps à l’industrie pharmaceutique. Il observe les écureuils dans les parcs de Montréal. Il boit trop de bière et dort trop peu dans des chambres louées pendant de trop courtes périodes.
Et il écrit. Il écrit sans cesse. Il veut vivre de son écriture. Il ne veut plus rien faire d’autre qu’écrire. Même quand il aboutit dans un ou l’autre des refuges de la grande ville, il écrit.
Il a des idées et il leur fait passer le test de la réalité.

 

 

Mon avis :

Ce roman, en partie autobiographique, raconte une série d’événements du quotidien d’un personnage. Il décide de traverser le Canada à pied, bien que ce soit l’hiver, pour vendre des exemplaires de ses romans en chemin. On le suit alors dans toutes sortes de péripéties, dont certaines assez burlesques !  L’auteur profite de ce roman pour nous raconter sa vie d’écrivain, ce que j’ai trouvé vraiment intéressant !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :